Le télétravail : cause d’une augmentation de la cybercriminalité en France ! Bientôt la fin ?

Suite à l’expansion de la pandémie actuelle, les travailleurs se retrouvent à faire du télétravail. La cybersécurité est devenue inefficace et les cyberattaques ne font qu’augmenter.

Pourquoi une telle augmentation des cyberattaques ?

Ces derniers temps, aucun ralentissement des effets ravageur de la pandémie Covid-19 n’a été constaté. De ce fait, les entreprises obligées de travailler, qu’importe la situation, en subissent les lourds frais. Pour la protection de la sécurité et de la santé, les entreprises s’en sont remises au travail à domicile. Ce qui implique un travail basé sur internet puisqu’en effet tous les outils nécessaires au bon fonctionnement du travailleur lui sont fournis via internet.

Depuis le début de l’application des mesures de sécurité contre le , le télétravail est devenu une norme. Le ainsi que le télétravail considéré comme des mesures forcées pour de nombreux salariés ont fait un grand vide dans le cadre de la cybersécurité. Certaines entreprises comme Facebook ont cependant décidé de laisser leurs employés en télétravail jusqu’au mois de juillet 2021.

Les cybercriminels n’ont pas perdu leur temps et ont profité de ce qui, pour eux, est un avantage. Après la mise en place du confinement, une forte augmentation des infections de logiciels malveillants a été détectée. En effet, selon leurs études, le directeur de Malwarebytes Labs, Adam Kujawa a expliqué : « Les malveillants s’adaptent rapidement à l’évolution du paysage pour trouver de nouvelles façons de tirer profit de la main-d’œuvre éloignée. Nous avons constaté une augmentation substantielle de l’utilisation des outils de collaboration et de cloud computing, associée à des inquiétudes quant à la sécurité de ces outils ». Le télétravail mis en place à cause du covid-19 est la source de ces cyberattaques.

Les faiblesses du télétravail

La faille majeure du télétravail est que les employés n’ont pas été suffisamment préparés. C’est-à-dire, ils sont habitués à travailler en local essentiellement, mais la mise en place de cette mesure a été faite à l’aveuglette. Les rapports de Malwarebytes ont rapporté que 20% des organisations qu’ils ont interrogées ont été victime d’une cyberattaque à cause du télétravail. La sécurité est minime, c’est pourquoi de telles failles se sont créées.

De plus, 18% des entreprises qu’ils ont interrogées confirment qu’il n’y a pas une très grande priorisation de la cybersécurité chez eux. Et 5% admettent aussi que la plupart de leurs équipes ne sont pas au courant des mesures de sécurité à prendre en cas de télétravail. Sur l’hexagone uniquement, plus de 1200 attaques informatiques ont été constatées depuis le début du covid-19. Voici en preuve ce que les enquêteurs ont dit : « En janvier, on avait constaté 1200 attaques informatiques liées au Covid-19… et on en était à 380 000 début avril ! »

Ces cyberattaques se traduisent surtout par des compromissions des mails professionnels, des utilisations de VPN mal sécurisé, des transmissions rapides vers les services cloud, etc. De plus, le phishing c’est-à-dire, la technique frauduleuse pour obtenir les données bancaires du client est présente. Les vols de données, les faux ordres de virement, les failles de sécurités se présentent aussi comme étant des caractéristiques de ces cyberattaques.

Par exemple, AveMaria et NetWiredRC sont deux logiciels malveillants, les 2 ont pu accéder aux ordinateurs de certains employés. La source du problème est la négligence des employeurs qui n’ont pas jugé important de donner des formations de sécurité en termes de télétravail pour les salariés. Si 75% de ceux qui ont été interrogés par Malwarebytes sont pour le télétravail, 45% estiment qu’il y a un manque de contrôle apparent. À ce jour, le taux de cyberattaques est estimé à plus de 30 000% au niveau mondial.

La mise en place du télétravail a été jugée trop hâtive et les employés sont mal formés. Cela a entrainé cette hausse incontrôlée de cyberattaque et de cybercriminalité, les salariés et employeurs sont impuissants face à la situation.


Andrea Faure

Andrea Faure

Rédactrice web depuis 10, je vis pleinement ma passion en travaillant pour plusieurs médias. Je suis également une grande passionnée de voyages, je n'hésite donc pas à partir à l'aventure dans des pays lointains dès que j'en ai l'occasion !