Accusation de cinq années de mensonges et de tromperie. Le terrible scandale refait surface, Lactalis s’explique

Coup de grâce pour Lactalis. Le grand groupe est en effet accusé par Serval de fraude, d’escroquerie et de tromperie.

Les faits remontent à 2018 où Serval – PME composée d’une centaine d’employés et spécialisée dans l’ pour animaux, dépose une plainte pour « falsification des denrées alimentaires”. Lactalis aurait trompé Sevral sur la qualité, la nature, l’espèce, l’origine et la composition de ses marchandises (lactoserum) entre 2011 et 2016.
Serval dénonce donc cinq années de tromperie et de mensonges et s’attaque à la multinationale française.

En effet, la PME reproche à son fournisseur d’avoir livré du lactoserum coupé avec du perméat (sous-produit laitier sans protéines) et non un lactosérum de vache

« On a vraiment été trompés: pendant des années on leur fait confiance, on reçoit leur produit, on s’en sert pour faire nos produits et on découvre par hasard que ce qu’ils nous livrent n’est pas ce qu’on leur avait commandé et que ça leur permet de faire d’énormes économies sur notre dos ».

 

Pour mieux comprendre… Qui est Sevral ?

 

Créée en 1959, Serval est une PME spécialisée dans l’ adaptée des veaux, agneaux et chevreaux. Mais elle est également présente sur les marchés du sevrage et également du veau de boucherie. L’entreprise se développe actuellement à l’international.

 

Un petit résumé sur Lactalis

 

Autrefois appelé Besnier SA, certains la connaissent très bien et pour d’autres ce nom leur dit vaguement quelque chose. Mais en réalité, il est très fort probable que vous ayez certains de leurs produits dans votre frigo !

Détenue par la famille Besnier, Lactalis est une multinationale française de produits laitiers basée à Laval en France.

 

Avec 85 000 employés présents dans 84 pays et 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires, Lactalis est le plus grand groupe de produits laitiers au monde, et le deuxième groupe de produits alimentaires en France, derrière Danone. Il possède des marques telles que Parmalat, Président, Siggi’s Dairy, Skånemejerier, Rachel’s Organic et Stonyfield Farm.

 

Or Lactalis n’est pas à son premier scandale. En août 2016, le groupe s’est vu bloquer le siège par des agriculteurs dans la ville française de Laval lors de la “Crise du lait”. Ces derniers ont protesté concernant la “fixation des prix” en revendiquant une revalorisation du prix du lait.

Deux ans plus tard, le groupe connaît le scandale de la contamination à la salmonelle et est contraint de retirer 12 millions de boîtes de lait maternisé. Il a également été accusé de tenter de cacher la découverte de la contamination.

En 2020, c’est une accusation de toute autre nature qui touche l’entreprise. 38 des usines de production basées en auraient enfreint les réglementations environnementales. Le problème a été accentué par le fait que ces réglementations étaient enfreintes depuis plusieurs années.

 

Une accusation infondée selon la multinationale

 

Après une mise en examen, Lactalis est sortie du silence et a tenté de fournir quelques explications.

Selon le service de communication de Lactalis, “Sevral tenterait d’obtenir ce qu’elle n’a pas pu obtenir sur le plan civil”. Cette phrase est expliquée par le fait qu’avant de déposer plainte auprès du juge, l’entreprise aurait déjà déployé deux procédures qui ne sont pas allées loi

 

Un des porte-parole de Lactalis, tente de jusitifier également : «le produit livré est exclusivement constitué de sérum, dans lequel la concentration en protéines est ajustée de manière à être toujours constante et répondre au cahier des charges des clients. Cette méthode de fabrication est largement répandue, elle est parfaitement connue de SERVAL et est agréée par les autorités compétentes»

 

Lactalis assure respecter scrupuleusement la réglementation. Il ne reste plus qu’à attendre la fin de la mise en examen et le verdict de l’affaire !

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Alimentation / Accusation de cinq années de mensonges et de tromperie. Le terrible scandale refait surface, Lactalis s’explique